Interview Virginie PAULET


Rédigé le Vendredi 30 Octobre 2015 à 13:04 | Lu 471 fois

Premier interview de la saison 2015-2016


Virginie, tu es de retour cette année, après un arrêt dû à ta grossesse. Ta manière d’aborder les matchs est-elle différente maintenant que tu es maman ?

Il est vrai que j'attends les jours de matchs avec encore plus d'impatience que les autres années puisque c'est une journée qui m'est "réservée". Même si j'ai toujours dans un coin de ma tête mon fils et mon conjoint, c'est un vrai moment de détente que j'apprécie encore plus.

Ton retour lors du 1er match a été très remarqué. Comment as-tu vécu cette rencontre ?

J'avais hâte de reprendre la compétition mais j'étais aussi très stressée puisqu'après une année d'arrêt cela pouvait être tout bon ou tout mauvais.
Finalement, le fait de retrouver mes coéquipières et d'être si bien accueillie à Tarare a fait disparaître toute appréhension.
L'entraînement a payé et la convivialité que j'aime dans ce sport était au rendez-vous donc c'était un très bon match pour moi.

Quels sont tes objectifs personnels cette année ?


Cette année, j'espère que mes scores en précision me permettront de participer au Championnat de France Tirs mais la saison est longue.
L'essentiel reste pour moi de ramener 3 points à l'équipe quelque soit la performance.

Quel est ton rythme hebdomadaire d’entraînement ?

J'essaye de m'entrainer au moins une fois par semaine et d'aller courir une fois aussi.
Mon conjoint jouant aussi en club au Stade Clermontois il n'est pas toujours facile de s'organiser. Du coup, les semaines de match nous emmenons notre fils dans la poussette au bord des jeux pour pouvoir nous entrainer ensemble.

Tu t’entraînes à Clermont Ferrand et tu joues à St Flour, de ce fait tu es toujours en déplacement, comment gères-tu cela ? As-tu l’impression de jouer à domicile ?

Nous attaquons notre septième année de club sportif alors même si je ne m'entraîne pas à Saint-Flour, je me sens quand même à la maison.
Bien sur, je ne connais pas aussi bien les jeux que mes coéquipières mais l'important quand on joue à domicile c'est que nos supporters soient au rendez-vous et à Saint-Flour nous avons cette chance là.

Est-ce compliqué pour toi de jouer en famille (ndlr : Virginie joue avec sa belle sœur et sa belle mère) ?

Ce qui serait compliqué pour moi c'est plutôt de ne pas jouer en famille.
J'ai la chance de partager cette passion avec elles et de passer de très bons moments.
Comme dans chaque équipe, il faut apprendre à se connaître et à jouer ensemble mais comme nous avons trois caractères qui s'accordent bien cela a été très facile.

Que fais-tu dans la vie professionnelle ?

Cela fait 5 ans que je travaille dans une banque.

Comme dit précédemment, tu es désormais maman d’un petit Ilan… parviens-tu à garder d’autres loisirs que les boules ?

Une de mes autres passions est le basket. J'ai commencé ce sport à l'âge de 10 ans et jusqu'à présent j'ai pu concilier les boules et le basket.
Cependant avec l'arrivée d'un enfant il faut faire des choix et j'ai fait celui des boules que je ne regrette pas.

As-tu un porte bonheur ou un rituel ?

Non je n'ai aucun des deux. Je ne suis pas superstitieuse en général.

Le sport boules milite pour le label olympique, te sens-tu concernée ?

Oui et non.
Je suis contente que l'on parle du sport boules. Si nous devenons sport olympique cela permettra sans doute d'avoir de nouvelles licences.
Après je n'ai pas eu beaucoup d'informations sur cette candidature. J'entend parler de pétanque et je ne sais pas quelle place occupera le sport boules dans cette compétition donc je ne me sens pas trop concernée.

Ton surnom est Poulette ? Peux-tu nous expliquer ?

Mon nom de famille est Paulet et à mon arrivée à Saint-Flour, les filles n'ont rien de trouvé de mieux que de me surnommer "Paulette" qui s'est transformé en "Poulette". Ce qui est amusant c'est que les premières années de club, nos adversaires pensaient vraiment que je m'appelais Paulette et elle avaient de la peine pour moi.


Ton plus beau souvenir ou une petite anecdote bouliste?

Mon plus beau souvenir est notre victoire à Bellecour avec Laurène en 2013.
C'était un moment magique qui nous donne encore des frissons quand on y repense.
Pour les anecdotes, j'en ai tellement qu'il me faudrait un livre entier pour les raconter surtout avec les filles de Saint-Flour qui ne manquent pas une occasion de se faire remarquer.

Ta principale qualité et principal défaut ?

Je dirai que je suis plutôt de bonne humeur et que j'aime bien rigoler.
Par contre, je peux avoir très mauvais caractère et je suis assez rancunière.

Un petit message à faire passer ?

Je suis contente d'avoir retrouvé les filles pour cette nouvelle saison.
Nous sommes reparties en sachant en que cela allait être dur avec un effectif réduit.
J'aimerai que chacune garde en tête que l'essentiel c'est d'être ensemble et qu'à la fin de la saison, peu importe le résultat nous pourrons être fières d'avoir tenu une année de plus.


Notez


1.Posté par Ilan Pradines le 31/10/2015 20:02
Bravo maman t'es la meilleure...

On t'aime fort ! 😙

2.Posté par une fidèle lectrice le 04/11/2015 12:43
Je suis d'accord avec mon petit fils.
T'es la meilleure.
Bisous

3.Posté par PRADINES Christine le 06/11/2015 09:59
Je suis entièrement d'accord avec mon petit fils lol !!!!!
Tu es la meilleure, car revenir si fort aprés une grossesse, bravo et merci de faire tous ces efforts (footing) pour apporter à notre équipe.
Merci d'être là
Bisous

Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 30 Octobre 2015 - 13:04 Interview Anthony COGOLUEGNES