Menu

Interview de Claude BRECIE


Rédigé le Mardi 19 Décembre 2017 à 13:35 | Lu 492 fois


Question N°1 : D’où te vient cette passion pour le sport boules ?
J’ai découvert la boule lyonnaise à Limoges dans les années 70 où je résidais à l’époque. Je jouais au rugby et, à côté du stade, il y avait des terrains de boules et comme la saison de rugby se finissait assez tôt je suis allé regarder les personnes qui jouaient et ils m’ont demandé si je voulais essayer, j’ai donc commencé comme cela.

Question N°2 : Tu viens de rejoindre le club de l’Union Sportive Sanfloraine. Pourquoi ce choix ?
J’ai rejoins le club de St Flour par amitié avec un grand nombre de licenciés (ce que j’aurais du faire quelques années avant), surtout que je venais arbitrer régulièrement dans le Cantal-Lozère, mais c’est surtout grâce à un homme Serge Pradines qui m’a fait venir comme arbitre, qui m’a fait confiance et pour qui j’ai un immense respect. Il est devenu mon ami et je suis très honoré de la démarche qu’il a effectuée auprès de la Fédération pour que je puisse officier lors du Championnat de France à Aurillac en Juillet prochain. Je dois dire aussi que dans ce club j’ai trouvé un véritable esprit de camaraderie.

Question N° 3 : Comment es-tu venu à l’arbitrage ?
Étant joueur de lyonnaise avec un certain tempérament je suis passé par 2 fois en commission de discipline. Cette instance, au lieu de me suspendre pendant 1 an, m’a proposé de passer l’examen d’arbitrage, ce que j’ai fait. Tout en continuant de jouer, j’arbitrais quelques concours et, au fil des années, je suis devenu arbitre à temps plein et c’est devenu une vraie vocation.

Question N° 4 : Dans n’importe quel sport, les arbitres jouent un rôle ingrat (sont souvent critiqués). Comment conçois-tu la fonction d’arbitre ? Doit-il à tout crin sanctionner ? Plus généralement, comment vois-tu à l’avenir l’ évolution du rôle d’arbitre sur les terrains de boules ?
Je conçois ma fonction d’arbitre avec le plus grand respect du règlement, du jeu, des dirigeants et joueurs. A partir du moment où l’on rentre sur un jeu, l’on se doit de respecter le règlement, les adversaires et l’arbitre. Le non -respect du règlement peut entraîner des sanctions, boule annulée, carton jaune etc… toutefois un arbitre n’est pas un gendarme et peut faire preuve de pédagogie dans certaines circonstances.

Question N° 5 : Penses-tu sincèrement que les indemnités accordées au corps arbitral sont à la hauteur de leurs prestations ?
Non je pense sincèrement que l’arbitre n’est pas trop payé même si je suis conscient que ça coûte au club et au comité en général. Une journée c’est 45€ de 8h à 19h, une après-midi de 14h à 19h c’est 35€ ce qui veut dire que l’on arbitre de 8h à 12h pour 10€ ça ne fait pas cher de l’heure. Les kilomètres nous sont rémunérés au tarif SNCF soit 25 centimes du km et quand vous faites le total Essence + usure de la voiture + vidange + pneus, ça fait pas très cher mais je n’arbitre pas pour l’argent.

Question N° 6 :  Que peut-on te souhaiter en tant qu’arbitre pour les saisons à venir et combien d’années estimes-tu pouvoir encore officier en toute sérénité ?
J’aimerais officier encore 3 ou 4 ans si je suis en bonne santé mais je ne ferais pas l’arbitrage de trop. Je vais mettre en place une formation dans le Comité Cantal-Lozère pour avoir de nouveaux arbitres.
Ce que l’on peut me souhaiter c’est la santé, car pour moi l’arbitrage est devenu – je le répète - depuis quelques années une vraie vocation.


Notez


Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 29 Novembre 2017 - 08:53 Interview de Serge PRADINES

Mardi 19 Décembre 2017 - 13:35 Interview de Ludovic MURET